Categorie ‘Psychologie

Ces 5 minutes qui comptent… dans un entretien d’embauche

04.10
2013

 

cop. Larousse

Qu’est-ce qui va déterminer l’impression générale qu’un recruteur va avoir de vous durant les 5 premières minutes ? La vue d’abord : votre visage, vos yeux, votre démarche, votre allure, votre posture, votre tenue vestimentaire. Le toucher ensuite, en vous serrant la main. Puis l’ouïe : votre voix, votre débit, votre intonation. Et enfin seulement intervient l’intellect, la compréhension lorsqu’il s’intéresse à votre discours. D’où une batterie de conseils pour améliorer l’image que vous renvoyez. 

Bôf, bôf, pour des étudiants se présentant pour un premier emploi.

AVERSENG, Karine. – Ces 5 minutes qui comptent… dans un entretien d’embauche. – Larousse, 2013. – 237 p.. – (Poche). – EAN13 9782035849601 : 5,90 €.

Reçu en service de presse

Décoder le langage du corps d’Isabelle Duvernois

27.09
2013
cop. Larousse

cop. Larousse

« Alors que les mots expriment ce qu’on accepte de transmettre aux autres, le corps dévoile une part de nous-mêmes dont nous ne soupçonnons parfois pas l’existence, et qui échappe à notre maîtrise. » (p. 10)

Or, selon la règle de Mehrabian, lorsque les mots et les gestes d’une personne se contredisent, nous choisissons de croire davantage en ses gestes. Or, quand il y a décalage, cela peut être par mensonge, gêne, orgueil, conformisme, timidité ou manque de confiance en soi. C’est pourquoi, psychologue clinicienne et psychothérapeute, Isabelle Duvernois nous apprend à décoder tous les gestes du corps dans cet ouvrage illustré par des dessins et des témoignages. Mais attention aux généralisations excessives ! Ce n’est pas une science exacte : avoir les bras croisés ne signifie pas systématiquement être sur la défensive ! Le langage corporel est culturel, social, situationnel et sexué. Il va de soi que mieux on connait son interlocuteur, mieux on pourra interpréter ses gestes, voire une combinaison de gestes : les mouvements d’ouverture (jambes décroisées, épaules dégagées, mains visibles, etc …) expriment ainsi ce qu’il faut d’assurance et de confiance, tandis que les gestes d’auto-contact, qui expriment un besoin de protection, nous rassurent mais pas notre futur employeur. Un conseil : adoptez plutôt le « clocher à plat » assis, et les mains derrière le dos -sans s’agripper le bras-, debout. Et parlez avec les mains : vous serez mieux écouté. Veillez aussi à votre ton, à votre débit, à la sonorité de votre voix.

Isabelle Duvernois le dit elle-même :nous décodons intuitivement sans le savoir. Voici donc des conseils de bon sens, des petits trucs, comme prendre une cuillère de sel avant un entretien pour éviter que le stress ne nous fasse transpirer. Mais, globalement, on n’apprend pas grand-chose…

DUVERNOIS, Isabelle. – Décoder le langage du corps. – Larousse, 2013. – 199 p.. – (Poche). – EAN13 9782035849588 : 5,90 €.

Reçu en service de presse

Rituels de l’angoisse * de Maryvonne Leclère (2008)

01.06
2008
Les rituels de l’angoisse : comprendre les tocs et les phobies


Alors qu’ils prévoient de partir au ski, Mathilde, 25 ans, n’ose pas dire à son mari ni à ses amis qu’elle n’a jamais skié, de peur d’être rejetée. Elle ne dort plus et déprime. Emeline, retraitée, remet en place chaque objet que son mari touche et le contredit chaque fois qu’il veut prendre une décision, puisque, selon elle, ce n’est pas la bonne. Jérôme, 35 ans, souffre d’une difficulté à s’affirmer et a honte que ses deux enfants le trouvent « trop timoré ». Depuis l’âge de 13 ans, Elodie est « celle qui a peur des chiens ». Etc.

Chacun de nous peut trouver dans cet essai un toc (trouble obsessionnel compulsif) ou une phobie qui l’handicape plus ou moins depuis toujours. Des situations ordinaires pour leur entourage peuvent être vécues comme traumatisantes pour certains individus, comme prendre le métro, déjeuner avec ses collègues, exprimer son désaccord, faire une activité devant quelqu’un,… S’appuyant sur des exemples précis, l’auteur caractérise chacun des troubles et signale quelles thérapies peuvent être mises en oeuvre pour les guérir.

Accessible, cet ouvrage n’apporte pas de réponse mais permet d’identifier clairement certains troubles dont on avait conscience sans vraiment pouvoir les cerner, souvent assez répandues, comme la phobie des chiens, des animaux rampants, ou la phobie sociale, la phobie d’impulsion. A nous ensuite de nous fixer progressivement des objectifs pour lutter contre, ou de nous faire aider par le biais d’une psychothérapie.

LECLERE, Maryvonne. – Rituels de l’angoisse : comprendre les tocs et les phobies. – Larousse, 2008. – 223 p.. – (L’univers psychologique). – ISBN 978-2-03-583314-3 : 19,90 €.

Voir les 2 commentaires sur l’ancien log