Categorie ‘Essais sur la littérature

La bande dessinée au tournant de Thierry Groensteen

29.12
2017
cop. éd. les impressions nouvelles

cop. éd. les impressions nouvelles

Dans le cadre des États généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, Thierry Groensteen brosse ici, dix ans après son premier point sur le statut de la bande dessinée, un état des lieux du neuvième art.

Sa situation semble à première vue s’être améliorée, en termes de visibilité, de reconnaissance culturelle et artistique, d’adaptation cinématographique, de parité auteurs/autrices, dessinateurs/dessinatrices, lecteurs/lectrices, de nombre d’éditeurs (de 60 en 1992 à 368 en 2015) et du nombre de titres publiés. Mais, à première vue seulement car désormais, la démultiplication des titres et des éditeurs rend l’exposition des BD en librairie plus éphémère, et son tirage chute. En outre, leurs marges baissent, entrainant avec elles les revenus des auteurs, qui se précarisent. Ainsi, les gros éditeurs, selon Thierry Groensteen, miseraient davantage sur les séries et les albums mainstream, que sur la créativité, produisant « des livres qui n’apportent rien mais qui encombrent les rayons et gonflent les catalogues. » (p. 14).

L’auteur s’interroge également sur les critères de sélection du comité de lecture du Festival d’Angoulême, même s’il se réfère sans cesse au blog du Neuvième Art, dont il se trouve être le rédacteur en chef.

Enfin, ce petit livre se félicite de l’essor de la non-fiction, sous la forme de BD-reportage dans la Revue dessinée par exemple, par le biais d’Etienne Davodeau ou sous la forme d’essais scientifiques, politiques, sociétaux, comme la collection la Petite Bédéthèque des savoirs du Lombard. Thierry Groensteen parle de la BD comme « investie d’une fonction didactique »(p. 35), mais cela n’a-t-il pas été le cas depuis toujours, en particulier dans les cathédrales ? Certes, il faut se réjouir de son décloisonnement dans toutes les disciplines, mais elle fait alors passer toute forme de créativité et d’expression artistique après l’efficacité de l’image.

Thierry Groensteen constate de même le succès des biopics, et l’évolution des supports, aussi bien dans la presse, que sous la forme de romans graphiques ou numérique, mais sans entrer dans le détail sur ce dernier point, hélas, mentionnant Thomas Cadène, Marc-Antoine Mathieu et Lewis Trondheim. Il est regrettable que le format planche reste dominant, même dans les créations numériques.

Il évoque aussi la lente et inexorable féminisation de la profession (21%), qui devrait inévitablement modifier les thèmes abordés par la BD et attirer un lectorat féminin intéressé par les sujets liés au corps, à la sexualité, à la vie intérieure, aux liens intergénérationnels, à la nature, au quotidien, en déconstruisant les stéréotypes.

Il défend les éditeurs alternatifs, confrontés au problème de la distribution/diffusion, souvent représentés par la société Belles Lettres Diffusion Distribution, et qui cherchent à s’affirmer parmi les arts visuels, tandis que les gros éditeurs misent sur la non-fiction.

La formation aussi évolue, multipliant les écoles privées et progressant jusqu’au doctorat à l’université, invitant de plus en plus les futurs auteurs à une véritable connaissance et réflexion sur la bande dessinée. En revanche, la bande dessinée s’invite encore peu dans les chroniques des magazines culturels. Thierry Groensteen signale tout de même le magazine spécialisé Kaboom.

Enfin une poignée de dessinateurs tirent leur épingle du jeu en proposant leurs planches originales dans les galeries et les ventes aux enchères, tel Joan Sfar.

A la fois Littérature et Art visuel, la bande dessinée se doit avant tout, pour s’affirmer, de rester exigeante.

 

Danse contemporaine et littérature

30.05
2017
cop. Centre national de la danse

cop. Centre national de la danse

 

Entre fictions et performances écrites

Partant du constat que « les scènes de la danse contemporaine composent de plus en plus leurs partitions à partir de textes de différentes natures, textes philosophiques, chansons et histoires personnelles« , Magali Nachtergael et Lucille Toth ont voulu cet ouvrage collaboratif qui traite de littérature et de danse contemporaine. Beaucoup de chorégraphes lisent en amont, écrivent eux-mêmes, laissent derrière eux des carnets ou invitent des écrivains sur scène, comme Carlotta Ikeda et Pascal Quignard.

A priori, il existerait trois manières de croiser les deux disciplines artistiques :

- le « danseur parlant », avec une mise en voix des textes : essoufflé par le texte, encombré par lui, le danseur danse quand même, malgré tout.

- les « danseurs versus récitants » : sur scène les comédiens côtoient les danseurs sans se mêler à eux.

- « l’absence de texte » : le texte, écrit en amont, est réécrit par la danse, absent de la scène, digéré et restitué autrement,  comme Maguy Marin transposant Beckett dans May B..

Trois options distinguant le corps et l’esprit, la danse et la littérature, comme capables d’interactions mais irréductiblement opposées. L’art littéraire s’apparenterait ainsi à « l’art du geste de la trace« , et l’art chorégraphique à « l’art du geste sans la trace« . Ainsi, sur scène ce qui est dit n’est pas ce qui est montré, et ce que l’on peu comprendre, on ne peut pas le voir. Et  la danse montre l’indicible. Etrange dichotomie entre ces deux arts, comme s’il y avait une collision entre l’écoute intérieure du corps et l’assujettissement du corps à la musique envahissante. Notons au passage l’existence du Festival Concordanses, qui favorise précisément « une aventure singulière où un écrivain rencontre un chorégraphe ».

Une lecture qui invite à découvrir les différents spectacles chorégraphiques mettant en exergue la littérature.

 

Lecture dans le cadre de mon Challenge danse

cop. SeL

cop. SeL

Lire la bande dessinée de Benoit Peeters

18.08
2016
cop. Champs Flammarion

cop. Champs Flammarion

Benoit Peeters propose ici une lecture initiatique de la bande dessinée, que l’on peut lire d’ailleurs de toutes les manières possibles (politique, sociologique, philosophique, psychanalytique,…) et dans tous les sens possibles. Selon lui, ce qui fait la spécificité de la BD, c’est « la case, le strip, la planche, les relations entre le texte et le dessin, entre le scénario et sa mise en images ». L’auteur de BD a pour seul impératif de devoir « partager la planche en un certain nombre de segments afin de séparer des actions qui dans le récit se succèdent« . Ensuite, « les possibilités d’intervention sur la taille de l’image, assez rares au cinéma, sont ici presque infinies ».

Néanmoins, il touche du doigt l’incomplétude de la case, qui en fait toute la richesse, car la case n’est, somme toute, qu’une « variable dans un ensemble« , un « instant dans une continuité ». En effet, aucune image ne fait bande à part : « la véritable magie de la bande dessinée, c’est entre les images qu’elle opère, dans la tension qui les relie. » Pour Benoit Peeters, les plus grands créateurs de bande dessinée ont toujours réussi à « mettre l’accent à la fois sur les paramètres internes à la case et sur les relations qui les unissent. »

Il critique ainsi l’utilisation conventionnelle de la BD (qui privilégie le récit, comme le gaufrier), ou décorative (BD qui privilégie l’image), et fait l’éloge de son utilisation rhétorique (la case et la planche servent le récit) ou productrice (c’est l’organisation de la planche qui semble dicter le récit).

Une bonne ouverture pédagogique sur le neuvième art.

 

 

Les contes de Perrault de Marc Soriano

22.04
2016
cop. Tel Gallimard

cop. Tel Gallimard

Normalien agrégé de philosophie, Marc Soriano (1918-1994) se spécialisa dans l’étude de Charles Perrault et de Jules Verne. Romancier et psychanalyste, professeur de littérature populaire et pour la jeunesse à Bordeaux III et professeur émérite à Paris VII, il publia en 1968 Les Contes de Perrault, culture savante et traditions populaires, où il se propose de répondre à des questions insolubles :

Oui ou non, ce fameux recueil est-il un livre pour enfants ? Si oui, à quel courant pédagogique se rattache-t-il ? Si non, qu’est-il exactement ?

De quelle manière se rattache-t-il à la mode des contes de fées ? Et à la querelle des Anciens et des Modernes ?

Pourquoi Perrault, chef de file des Modernes, se donne-t-il la peine de recueillir ces « contes de vieilles », venus d’un lointain passé ?

S’agit-il de contes réellement populaires ou d’une oeuvre de lettré ?

etc.

Pour analyser les contes en vers et les histoires ou contes du temps passé - Griselidis, Peau d’Ane, Les souhaits ridicules, La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, La Chat botté, Les Fées, Cendrillon, Riquet à la houpe et Le Petit Poucet – Marc Soriano commence par se poser la question de la paternité de l’oeuvre et de ses sources d’inspiration, bien souvent empruntées à la littérature orale ou à la littérature napolitaine de Basile que Perrault adapte très librement (Peau d’Ane en particulier). Marqués par la mentalité d’une époque – le XVIIe siècle – et par la gémellité de l’écrivain, ces contes ne sont pas tant destinés aux enfants que des transmissions d’une mémoire collective. Aussi la misogynie ainsi que l’insuffisance éducative des parents transparaissent dans les textes, parfois grotesques (Les Trois souhaits), d’autres fois truffés d’erreurs et de contradictions. Seul Le Petit chaperon rouge se dégage du lot finalement, seul conte d’avertissement véritablement destiné aux enfants. D’ailleurs ce dernier meurt chez Perrault, et non dans la version des frères Grimm, qui lui substitue le dénouement du Loup et des 7 chevreaux. En outre, il permet des jeux de voix, des mimiques, des répétitions d’expressions importantes qu’hélas certains éditeurs suppriment actuellement : « le petit pot de beurre », « tire la chevillette, la bobinette cherra », « c’est pour te manger »,…. Soriano, abordant l’aspect psychanalytique du conte, assimile alors l’action de « dévorer » à « faire l’amour » (déshabillé de la grand-mère, petit Chaperon rouge dans le lit) et le personnage du loup au père, et donc au complexe d’Oedipe, le cauchemar absolu étant alors désiré, le petit Chaperon rouge souhaitant être mangé (les petites filles réclamant que leur père joue le rôle du loup pour les dévorer).

De quoi nous faire abandonner définitivement l’idée de lire à nos enfants la plupart des contes d’autrefois, notamment Peau d’Ane (l’inceste), Cendrillon (paumée sans les hommes) et La Belle au bois dormant (vierge accouchant de deux enfants durant son sommeil)…

L’histoire d’un monde truqué de Tardi & Legrand

11.11
2015

cop. Casterman

Dans une France des années 30 qui ne connaitrait encore ni le pétrole ni l’électricité, ses savants disparaissant mystérieusement, une jeune fille, Avril, part à la recherche de ses parents, scientifiques, lesquels s’apprêtaient à faire une découverte majeure quand un assaut de policiers les en a empêchés.

Après avoir retracé l’histoire de sa rencontre avec Tardi et de leur travail en équipe, Benjamin Legrand nous rappelle ce qu’est une uchronie à la mode Steampunk, avant de nous exposer toutes les recherches inédites de personnages, de décors, et le début du story-board imaginés par Tardi pour leur premier long-métrage d’animation.

Tardi, Legrand

L’histoire d’un monde truqué

Casterman, 2015 (Univers d’auteurs)

134 p. : ill. en coul.

EAN13 9782203099906 : 25 €

George Orwell de Stéphane Maltère

25.06
2015

cop. Folio Gallimard

 

Ceci exceptionnellement est un non-article.

Un non-article qui ne résume pas ni n’analyse la biographie que Stéphane Maltère a pu faire sur George Orwell.

Un non-article sur un ouvrage dont on peut lire sur la quatrième de couverture :

«À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.» « George Orwell (1903-1950), de son vrai nom Eric Arthur Blair, est l’auteur d’une œuvre très marquée par ses engagements politiques. Après avoir lutté contre l’Empire britannique en Birmanie, pour la justice sociale aux côtés des classes laborieuses de Londres et de Paris, puis participé à la guerre d’Espagne dans les rangs du P.O.U.M., il se consacre à une œuvre littéraire écrite, «directement ou indirectement, contre le totalitarisme et pour le socialisme démocratique». Témoin lucide de son temps, auteur notamment de La Ferme des animaux et de 1984, il meurt à quarante-six ans, et demande dans son testament qu’aucune biographie ne retrace sa vie. »

Cela ne vous choque pas, vous ?

Comment peut-on faire fi des dernières volontés d’un grand écrivain, soit-disant pour son bien et celui de ses lecteurs ?

Tout est dit.

Jean-Bark de Philippe Claudel

01.03
2015
cop. SL

cop. SL

Par ce petit ouvrage publié chez Stock, Philippe Claudel rend à sa façon un dernier hommage à son éditeur depuis 2001 et seul véritable ami, Jean-Marc Roberts, auteur et directeur des éditions Stock pendant 15 ans. Il s’était rebaptisé affectueusement Jean-Bark pour Philippe Claudel, d’après l’un des personnages fumeurs de sa Petite fille de Monsieur Linh. Décédé d’un cancer du poumon, ayant précisément abusé de cette cigarette qu’il tenait avec tant d’élégance, Jean-Marc Roberts était un éternel amoureux des auteurs, des livres et des femmes, parmi lesquelles les stockettes de sa maison.

A la suite du Jérôme Lindon d’Echenoz, Philippe Claudel écrit ici un beau témoignage d’amitié destiné à faire revivre les facettes connues d’un ami… et à faire son deuil aussi.

cop. Carnets de SeL

cop. Carnets de SeL