Categorie ‘# Je vais vite l’oublier

Univerne de Morvan et Nesmo

01.06
2016
cop. Soleil

cop. Soleil

Paris, 11 décembre 1851. Pourchassé par les gardes napoléoniens, l’éditeur Pierre-Jules Hetzel décède avant d’avoir rencontré Jules Verne. Paris, 1900. En pleine exposition universelle dans un Paris à l’image des inventions matérialisées de Jules Verne, Juliette Hénin, journaliste féministe, se retrouve porteuse d’une disquette transmise par Honorine Fraysse de Viane, emprisonnée, contenant des informations convoitées par des espèces de cyborgs….

Voici une uchronie mêlant fantastique et science-fiction. Son rythme dense, effréné, de même que l’apect trop lissé, traité par informatique, des vues d’ensemble pourtant magnifiques, signés de Nesmo, sont à l’image des dessins animés nouvelle génération : je laisse ça à d’autres ; je n’ai absolument pas accroché.

Morvan / Nesmo

Univerne : 1. Paname

Soleil (2011)

46 p. : ill. en coul.

EAN 13 9782302010765 : 13,50 €

George Orwell de Stéphane Maltère

25.06
2015

cop. Folio Gallimard

 

Ceci exceptionnellement est un non-article.

Un non-article qui ne résume pas ni n’analyse la biographie que Stéphane Maltère a pu faire sur George Orwell.

Un non-article sur un ouvrage dont on peut lire sur la quatrième de couverture :

«À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.» « George Orwell (1903-1950), de son vrai nom Eric Arthur Blair, est l’auteur d’une œuvre très marquée par ses engagements politiques. Après avoir lutté contre l’Empire britannique en Birmanie, pour la justice sociale aux côtés des classes laborieuses de Londres et de Paris, puis participé à la guerre d’Espagne dans les rangs du P.O.U.M., il se consacre à une œuvre littéraire écrite, «directement ou indirectement, contre le totalitarisme et pour le socialisme démocratique». Témoin lucide de son temps, auteur notamment de La Ferme des animaux et de 1984, il meurt à quarante-six ans, et demande dans son testament qu’aucune biographie ne retrace sa vie. »

Cela ne vous choque pas, vous ?

Comment peut-on faire fi des dernières volontés d’un grand écrivain, soit-disant pour son bien et celui de ses lecteurs ?

Tout est dit.

Eternum : le sarcophage de Jaouen et Bec

17.06
2015

cop. Casterman

Lune minière Aldeman, en 2297. Des mineurs découvrent un sarcophage. L’expédition scientifique qui vient récupérer celui-ci découvre un véritable carnage dans la base. Le rescapé se suicide après qu’on l’ait empêché de s’en prendre à une scientifique. Quand ils parviennent enfin à découper le sarcophage, ils découvrent à l’intérieur la perfection faite femme.

Casterman nous avait habitués à mieux : c’est tellement « classique » et sans surprise que la lecture de ce premier tome ne présente que peu d’intérêt.

Instructions au cuisinier zen de Dôgen

02.06
2015

cop. Folio sagesses

Grand penseur du Japon, Dôgen (1200-1253) évoque les grandes responsabilités d’un cuisinier au service des moines : la préparation du repas se doit d’être faite elle aussi dans le recueillement et la méditation zazen.
« Si l’on ne se laisse pas polluer par les vues perverties, les idées reçues, les habitudes de pensée, l’esprit devient clair et limpide comme l’eau du ruisseau en automne. » (p. 71)
Voilà tout ce que j’ai pu extraire de cette lecture assez inintéressante : en gros, il faut se garder de toute émotion en cuisinant avec la même attention un mets des plus délicats ou un plat ordinaire, et méditer tout en préparant le repas… Bôf bôf bôf…..
Instructions au cuisinier zen
suivi de Propos de cuisiniers

Trad. du japonais

Gallimard (Folio Sagesses ; n° 5950), mai 2015

Madie de Mercier, Filippi et Raymond

01.05
2013
cop. Casterman

cop. Casterman

Le mercredi, c’est bande dessinée !

A l’occasion de l’enterrement de son ex-belle-mère, Madie apprend que son amour de jeunesse, Frédéric, que ses parents avaient déclaré mort, est en réalité toujours vivant. De quoi remettre en question ses choix et surtout son couple actuel. Aussitôt elle décide de partir à sa recherche…

Bôf bôf bôf… L’intrigue tient à peu de choses. Parfois cela suffit (Un homme tranquille), mais ici on s’ennuie un peu. Heureusement les dessins aux couleurs douces nous mènent tranquillement au bout de l’histoire.

 

FILIPPI, Paul, MERCIER, Mathias. – Madie / ill. Par Paul Filippi et coul. De Damien Raymond. – KSTR, 2013. – 128 p. : couv. ill. en coul.. – EAN13 9782203031500 : 15 €.

Les Geeks : dans le doute, reboote ! de Gang, Labourot, Lerolle

02.05
2012

 

cop. Soleil

 

 

Des Geeks : dans le doute, reboote !, on pourrait dire dans le doute, revois ton choix de BD !

Vous l’aurez compris : ici, ce sont des gags à gogo sur un geek, sa petite amie et ses potes. Passer des Idées noires de Franquin à ça, c’était forcément risquer le grand écart. Ici c’est de l’amour potache, pas toujours très fin ni très recherché. Bref j’aurais tendance à estampiller cette BD « à réserver aux geeks ados ». Cela m’apprendra à lire tout ce qui traîne. R.A.S.

Bjorn le Morphir : tome 3 de Thomas Gilbert

08.02
2012

cop. Casterman

 

Le jeune Bjorn, qui s’est découvert « Morphir », c’est-à-dire héros invincible, doit descendre aux enfers pour retrouver le prince Sven avant le prince Dar. D’étage en étage, avec l’aide de ses fidèles compagnons de route et parfois celle des infernautes avec lesquels il a sympathisé, il suit les traces de son ennemi qui l’a devancé : « Le prince Dar possède une avance que tu ne pourras pas rattraper, ou alors il faudrait que tu te mettes à voler comme un oiseau… »

Coédité par Casterman et L’école des loisirs, Björn le morphir constitue l’adaptation en bande dessinée par Thomas Gilbert de la série de romans jeunesse éponyme, écrite par un autre Thomas, Thomas Lavachery. Les péripéties, dépeintes de couleurs vives, s’enchaînent sans que l’on prenne le temps de s’attarder sur les personnages ou sur leur quête. De l’heroïc fantasy relativement divertissante, mais je suis sûrement injuste dans la mesure où il aurait fallu que je lise les deux premiers tomes pour m’en faire une idée peut-être meilleure.