Categorie ‘# Je vais vite l’oublier

L’étrange bibliothèque de Murakami

13.07
2017
cop. 10/18

cop. 10/18

Habitué de la bibliothèque municipale sans en être pour autant un rat, un jeune Japonais, très poli, rend toujours ses livres en temps et en heure. Un jour une femme inconnue à l’accueil quitte des yeux son énorme livre pour lui suggère de descendre l’escalier jusqu’à la salle 107. L’y attend un vieil homme qui trouve pour lui trois gros vieux volumes sur le système fiscal dans l’Empire ottoman, qu’il est interdit d’emprunter. Dès lors, il va lui falloir les lire sur place, dans une geôle tout au fond d’un labyrinthe…

Quel curieux texte ! Les illustrations de Kat Menschik, très modernes, sur papier glacé tranchent avec cette histoire lugubre et complètement « has been » de lecteur emprisonné dans les sous-sols d’une bibliothèque pour se faire aspirer le cerveau rempli de savoir par un vieux bibliothécaire. Ce récit m’a laissée de marbre. Pire, je ne me vois pas le conseiller ni à mes filles ni à mes élèves… Quelle déception !

 

C.R.A.S.H. de Poipoi et Hervé Bourhis

01.03
2017
cop. Casterman

cop. Casterman

 

Tome 2 : Iceberg tropical

Édouard Kemicol, fils d’un riche industriel, s’est créé un clone pour rester auprès de son père, tandis qu’il gère tant bien que mal le C.R.A.S.H., le Collège Réservé Aux Super-Héros, qu’il a fondé. Mais voilà que son père découvre la supercherie et s’empare de toutes ses inventions pour les utiliser pour son propre compte, en grand mégalo qu’il est…

Pas de doute, ces deux-là, Poipoi et Hervé Bourhis, font bien de l’animation : tant le graphisme que le scénario de super-héros destroy et le rythme effréné de cette bande dessinée donnent l’impression d’être plongé dans l’un de ces dessins animés pleins d’humour que l’on propose à la télévision depuis quelques années. Sûrement distrayant pour les jeunes lecteurs, mais l’intérêt me semble limité, et c’est le genre de BD que je n’achèterai pas pour mes filles. Cela doit être la vieille schnock qui parle. ;-)

POIPOI ; BOURHIS, Hervé

Mise en couleur : Élise Dupeyrat, Isabelle Merlet, Poipoi

C.R.A.S.H., 2. Iceberg tropical

Casterman (2017)

46 p. : ill. en coul. ; 32 cm

EAN13 9782203098534 : 10,95 €

Les naufragés du Métropolitain : 2. Station Assassins

27.07
2016
cop. Bamboo

cop. Bamboo

Suite et fin des aventures de Louise et de l’inspecteur Delaroche : lire la chronique du premier tome.

Après l’assassinat de son patron, Valentin se rebelle et se retrouve en mauvaise posture entre les mains des malfrats. Peu après, Louise et l’inspecteur Delaroche, qui lui a dévoilé sa véritable identité, découvrent le joaillier assassiné et partent à la recherche de ses assassins…

Alors que dans le premier tome, les personnages semblaient « sans surprise, et sans grand enjeu », cela se confirme pour presque tous les personnages, y compris Valentin, pris de remords, mais la surprise autour de la Louise, qui crée la chute, parait bien artificielle, et insuffisamment amenée par des implants. Assez décevant.

 

Univerne de Morvan et Nesmo

01.06
2016
cop. Soleil

cop. Soleil

Paris, 11 décembre 1851. Pourchassé par les gardes napoléoniens, l’éditeur Pierre-Jules Hetzel décède avant d’avoir rencontré Jules Verne. Paris, 1900. En pleine exposition universelle dans un Paris à l’image des inventions matérialisées de Jules Verne, Juliette Hénin, journaliste féministe, se retrouve porteuse d’une disquette transmise par Honorine Fraysse de Viane, emprisonnée, contenant des informations convoitées par des espèces de cyborgs….

Voici une uchronie mêlant fantastique et science-fiction. Son rythme dense, effréné, de même que l’apect trop lissé, traité par informatique, des vues d’ensemble pourtant magnifiques, signés de Nesmo, sont à l’image des dessins animés nouvelle génération : je laisse ça à d’autres ; je n’ai absolument pas accroché.

Morvan / Nesmo

Univerne : 1. Paname

Soleil (2011)

46 p. : ill. en coul.

EAN 13 9782302010765 : 13,50 €

George Orwell de Stéphane Maltère

25.06
2015

cop. Folio Gallimard

 

Ceci exceptionnellement est un non-article.

Un non-article qui ne résume pas ni n’analyse la biographie que Stéphane Maltère a pu faire sur George Orwell.

Un non-article sur un ouvrage dont on peut lire sur la quatrième de couverture :

«À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.» « George Orwell (1903-1950), de son vrai nom Eric Arthur Blair, est l’auteur d’une œuvre très marquée par ses engagements politiques. Après avoir lutté contre l’Empire britannique en Birmanie, pour la justice sociale aux côtés des classes laborieuses de Londres et de Paris, puis participé à la guerre d’Espagne dans les rangs du P.O.U.M., il se consacre à une œuvre littéraire écrite, «directement ou indirectement, contre le totalitarisme et pour le socialisme démocratique». Témoin lucide de son temps, auteur notamment de La Ferme des animaux et de 1984, il meurt à quarante-six ans, et demande dans son testament qu’aucune biographie ne retrace sa vie. »

Cela ne vous choque pas, vous ?

Comment peut-on faire fi des dernières volontés d’un grand écrivain, soit-disant pour son bien et celui de ses lecteurs ?

Tout est dit.

Eternum : le sarcophage de Jaouen et Bec

17.06
2015

cop. Casterman

Lune minière Aldeman, en 2297. Des mineurs découvrent un sarcophage. L’expédition scientifique qui vient récupérer celui-ci découvre un véritable carnage dans la base. Le rescapé se suicide après qu’on l’ait empêché de s’en prendre à une scientifique. Quand ils parviennent enfin à découper le sarcophage, ils découvrent à l’intérieur la perfection faite femme.

Casterman nous avait habitués à mieux : c’est tellement « classique » et sans surprise que la lecture de ce premier tome ne présente que peu d’intérêt.

Instructions au cuisinier zen de Dôgen

02.06
2015

cop. Folio sagesses

Grand penseur du Japon, Dôgen (1200-1253) évoque les grandes responsabilités d’un cuisinier au service des moines : la préparation du repas se doit d’être faite elle aussi dans le recueillement et la méditation zazen.
« Si l’on ne se laisse pas polluer par les vues perverties, les idées reçues, les habitudes de pensée, l’esprit devient clair et limpide comme l’eau du ruisseau en automne. » (p. 71)
Voilà tout ce que j’ai pu extraire de cette lecture assez inintéressante : en gros, il faut se garder de toute émotion en cuisinant avec la même attention un mets des plus délicats ou un plat ordinaire, et méditer tout en préparant le repas… Bôf bôf bôf…..
Instructions au cuisinier zen
suivi de Propos de cuisiniers

Trad. du japonais

Gallimard (Folio Sagesses ; n° 5950), mai 2015