Mots-clefs ‘SF’

L’incal de Jodorowsky & Moebius

30.12
2016
cop. Les Humanoïdes associés

cop. Les Humanoïdes associés

Dans le futur, John Difool se voit confier d’un Berg mourant une petite pyramide, l’Incal lumière, qui s’avère posséder des propriétés extraordinaires. Il est bientôt pourchassé par le Méta-baron, que l’on fait chanter, et par les chefs de différentes corporations de la galaxie…

Devenu un classique, publié de 1980 à 1988 sous le titre Une Aventure de John Difool, l’Incal a visiblement bien inspiré le Cinquième élément de Luc Besson, même si Moebius et les Humanoïdes associés ont perdu le procès contre le cinéaste. Difficile de se faire une idée juste de son originalité lorsque sa lecture arrive après tous les scenarii et dessins qui s’en sont nourri. Du coup, et d’autant plus que je connais la série ultérieure des Technopères, plus rien ne m’a vraiment surprise, ni les dessins, ni le scénario, qui paraissent un peu « old school » désormais.

  •  

 

Les éléphants d’Hannibal de Robert Silverberg

24.04
2016
cop. Folio SF

cop. Folio SF

Un recueil de huit nouvelles de Robert Silverberg autour d’une même thématique : les invasions extraterrestres. Quelle forme auraient-ils ? Quelles seraient leurs intentions ? Quelles seraient nos relations ?
Dans Les éléphants d’Hannibal, les ET établissent leur quartier général dans Central Park, ce qui ne lasse pas d’attirer quelques curieux imprudents…
Dans Martel en tête, un ET s’est malencontreusement retrouvé à bord d’un vaisseau, et cherche désespérément à communiquer avec les humains pour pouvoir repartir sur sa planète.
Hardware propose une forme de « vie » informatique qui connait le moyen de faire sauter les planètes.
Échanges touristiques commence par un long prologue, dans lequel l’auteur raconte sa genèse et le dialogue avec son éditeur, avant d’aborder le thème du désir sexuel entre humain et extraterrestre, tout comme dans La Route de Spectre City.
Longue nuit de veille au temple remet en question la « Bible » d’une religion supposant le retour de trois sauveurs extraterrestres. 
Passagers dérange par l’impuissance d’hôtes humains comme possédés par la volonté d’extraterrestres qui disposent de leur corps et de leur esprit quand bon leur semble, et comme bon leur semble.
Le recueil s’achève sur une nouvelle écrite par Henry James, assistant à l’invasion martienne avec H.G. Wells.
Un vrai régal, avec quelques pépites vraiment originales, comme Martel en têteLa Route de Spectre City, Longue nuit de veille au temple et Passagers.

Transperceneige de Lob/Rochette/Legrand

07.10
2015
cop. Casterman

cop. Casterman

 

Au moment du cataclysme plongeant la planète dans un froid polaire, des centaines d’humains ont réussi à monter à bord d’un train qui, depuis, roule à travers la neige sans jamais s’arrêter. Trois classes divisent ses 1001 wagons, sans jamais se mêler. Un jour, Proloff, prêt à tout pour s’évader de l’enfer qu’est devenu la troisième classe, parvient avec Adeline de la seconde classe, qui prend son parti, à rencontrer le chef tout-puissant dans les wagons dorés…

 Un futur hyper dark… mais terriblement plausible ! L’espoir fait vivre… et quand il ne reste plus d’espoir ? Un univers captivant, servi par un trait noir et blanc glaçant, qui a fait de cette trilogie un classique de la SF en BD, récemment adaptée au cinéma.

Lob/Rochette/Legrand

Transperceneige

Casterman (2014)

250 p. + annexes : ill. n.b.

EAN 13 9782203088054 : 25 €

Eternum : le sarcophage de Jaouen et Bec

17.06
2015

cop. Casterman

Lune minière Aldeman, en 2297. Des mineurs découvrent un sarcophage. L’expédition scientifique qui vient récupérer celui-ci découvre un véritable carnage dans la base. Le rescapé se suicide après qu’on l’ait empêché de s’en prendre à une scientifique. Quand ils parviennent enfin à découper le sarcophage, ils découvrent à l’intérieur la perfection faite femme.

Casterman nous avait habitués à mieux : c’est tellement « classique » et sans surprise que la lecture de ce premier tome ne présente que peu d’intérêt.

Les retombées de Jean-Pierre Andrevon

05.04
2015

cop. Le passager clandestin

 

« Après l’éclair, il y avait eu le grondement sourd de l’explosion, et, après le bruit, le souffle. »

François ignore tout de ce qui a bien pu se passer. Dans le brouillard suffocant à travers lequel il avance, mettant entre le plus de distance possible l’origine du souffle de l’explosion et lui, il rencontre un couple, un vieillard et une jeune femme. Ils trouvent ensemble un abri pour la nuit. Le lendemain, des militaires en scaphandre les emmènent dans un camp avec d’autres rescapés…

Publiée en 1979, l’année de l’accident de la centrale de Three Mile Island, Les retombées ne raconte en rien les retombées radioactives d’une quelconque attaque ou d’un quelconque accident. Si le danger existe bel et bien, quelle que soit l’origine du problème, c’est la gestion du jour d’après par le gouvernement qui intéresse Jean-Pierre Andrevon, une gestion qui rappelle pour le moins au narrateur une solution finale : ne s’agit-il pas de laisser les survivants dans l’ignorance et de les empêcher de témoigner ?

Un récit d’anticipation qui fait froid dans le dos, d’autant plus lorsqu’on habite entre deux centrales nucléaires.

ANDREVON, Jean-Pierre

Les retombées

Le Passager clandestin (2015).

108 p. ; 17*11 cm.

EAN13 9782203369350286 : 7 €.

Les gaspilleurs de Mack Reynolds

29.03
2015

cop. Le Passager clandestin

Réputé comme étant l’un des meilleurs agents secrets au service des Etats-Unis, Paul Kosloff dérange lorsqu’un rapprochement entre les deux superpuissances est au goût du jour. Il est insidieusement mis au placard en étant chargé d’infiltrer un groupuscule de révolutionnaires d’extrême-gauche. Ce faisant, il est confronté à une vision de la société radicale qui va lui ouvrir les yeux…

Ce récit d’anticipation datant de 1967 n’a hélas pas pris une ride : ses dialogues, comme l’intrigue, permettent au narrateur/lecteur de découvrir une nouvelle lecture du monde, dépouillée du capitalisme, plus respectueuse du genre humain et des ressources naturelles. Une éthique politique au vernis fictif, vers laquelle il serait bon de se tourner, en ces années de repli sur soi.

 

REYNOLDS, Mack

Les gaspilleurs

trad. de l’amér. par J. de Tersac

Le Passager clandestin (2015).

106 p. ; 17*11 cm.

EAN13 9782369350293 : 7 €.

So phare away d’Alain Damasio

08.02
2015

 

cop. Gallimard

Il y a des jours où ce que l’on fuit vous poursuit : le coeur lourd, les idées noires, j’ai voulu me les changer précisément, ces idées, en savourant d’avance ma projection dans un futur plus ou moins proche orchestrée par Alain Damasio, dont j’avais apprécié La Zone du dehors. Las ! La première nouvelle m’a littéralement heurté de plein fouet là où cela faisait mal, la seconde a continué son ouvrage et la dernière achevé. Jugez-en par vous-même :

Dans Annah à travers la Harpe, un père vient trouver Le Trépasseur dans l’espoir de faire revenir des morts sa fillette de deux ans renversée par une voiture…

Dans So Phare away, Farrago perce la Nappe avec son phare pour communiquer avec Sofia, juchée en haut de son autre phare, à l’autre bout de la Ville. Parfois, tous les six mois, au péril de sa vie, le phartiste parvient à la rejoindre, à l’occasion d’une marée. Un jour, elle veut à tout prix annoncer à Farrago qu’elle est enceinte…

Dans Aucun souvenir assez solide, un père essaie de se souvenir de sa femme et de sa fillette de trois ans pour pouvoir refabriquer un monde avec elles…

Les deux nouvelles qui ouvrent et ferment ce recueil crient l’impossibilité du deuil, la douleur de perdre un être cher, qui plus est ce qu’il y a sûrement de plus attendrissant au monde : une fillette de deux-trois ans (soit l’âge de ma propre fille). Grâce aux souvenirs d’un père en souffrance, ces deux mondes du futur auraient le pouvoir de faire revenir d’entre les morts sa fille, bien vivante pour le premier, visible dans une réalité numérique pour le second. La plus longue, So phare away, et la plus intéressante, n’en est pas moins intimiste : dans une Ville minérale où deux amants ont choisi la verticalité et la solitude lumineuse des phares, grâce auxquels ils communiquent, la distance qui les sépare, cette horizontalité, cette asphalte tantôt fluide tantôt dure, traversée par un trafic incessant et par des poussées inopinées d’édifices, va finalement déchirer cet amour.

Trois belles nouvelles inventives, mais d’une tristesse !

D’autres n’ont pas paru en souffrir : des lectures plus détaillées et plus élogieuses sur les blogs Fin de partie et Systar.

 

DAMASIO, Alain.

So phare away et autres nouvelles.

Gallimard (Folio 2€, 5897 ; 2015)

102 p.

EAN13 9782070462216 : 2 €.