Mots-clefs ‘Paris’

Guimard : l’art nouveau du métro

28.03
2014
éd. La vie du rail

éd. La vie du rail

 

Allez voir ou repassez devant les stations de métro « Porte Dauphine » ou « Abbesses ». Ne vous êtes-vous jamais dit que certaines stations ressemblaient à des brins de muguet et d’autres, appelées édicules, à des libellules aux ailes déployées ? Ces entrées de métro que le monde entier nous envient sont, autant que la Tour Eiffel, l’une des spécificités de Paris datant de la Belle Epoque. Son auteur ? L’architecte Hector-Germain Guimard qui travailla pour la RATP, qui se nommait alors la Compagnie du Métropolitain de Paris, seulement de 1900 à 1903. Et encore, hélas, de nombreuses entrées furent depuis démontées ou détruites, comme d’ailleurs la majorité de son oeuvre, ainsi la salle de concert Humbert de Romans ou le Castel Henriette à Sèvres.

Après la lecture de cet ouvrage, ces extraordinaires entrées de métro, entourages, édicules et pavillons, n’auront plus de secret pour vous : chronologie, historique, techniques, matériaux, plans, reproductions industrielles, inspirations, éloges des surréalistes ou rejets des contemporains, tout y est. La richesse iconographique est de taille. Un superbe ouvrage.

 

Guimard : L’Art nouveau du métro / Frédéric Descouturelle, André Mignard, Michel Rodriguez. Paris : Edition La Vie du Rail, 2012. – 231 p. : ill. en coul. ; 22 cm x 27 cm. – EAN13 978-2-918758-49-5 : 30 €.

Mucha : la collection Ivan Lendle

31.08
2012

 

Cop. Syros Alternatives

On se souvient d’Ivan Lendl comme étant un grand joueur de tennis tchèque de renommée internationale. Mais sait-on qu’il est aussi le plus grand collectionneur des plus belles oeuvres de Mucha (1860-1939), son compatriote ? Cet ouvrage présente l’intégralité de sa collection de panneaux, d’affiches et de calendriers qu’accueillit en 1988 le musée de l’Affiche et de la Publicité.

En l’occurrence, Alfons Mucha répondit à de nombreuses commandes publicitaires, les plus fameuses restant celles qu’il consacra aux pièces de théâtre de Sarah Bernhardt, et qui le firent connaitre (la pièce Gismonda la première). Sa manière de dépeindre de séduisantes figures féminines ou symboliques, surmontées d’une auréole,et d’intégrer la nature dans le décor, appelée le style Mucha, donne le ton à l’Art nouveau. Par le biais de chaque affiche, de chaque produit publicitaire, Mucha souhaitait que n’importe quel Parisien puisse admirer cette forme d’art appliqué, et qu’il puisse emporter une reproduction chez lui.

 

La dame aux camélias

Médée

Au fil des pages de cet ouvrage que vous ne trouverez plus que chez les bouquinistes, voici les oeuvres qui m’ont particulièrement plues :

- La Dame aux camélias

- Médée

- Flirt

- les couvercles de boîte Lefèvre-Utile

- Nestlé’s food for infants

- le Chocolat idéal et le chocolat Suchard

- Rhum Fox-land

- Bières de la Meuse

- Cassan fils imprimerie

 

Flirt et Champagne

Bières de la Meuse

- le lance-parfum « Rodo »

- la plume

- l’émeraude

 

et surtout :

- Eté

- la danse

Rêverie du soir

- les étoiles

 

 

Lu dans le cadre du challenge La Belle Epoque, dont le logo représente justement un numéro exceptionnel de la revue Plume consacré à Mucha.

Challenge La Belle Epoque

Edvard Munch : l’oeil moderne : l’exposition

18.11
2011

Rien de tel que de télécharger l’excellent dossier pédagogique pour préparer sa visite à une exposition, en le lisant dans le train à l’aller, puis de feuilleter au retour le catalogue d’exposition, pour y retrouver les oeuvres qu’on y a admirées.

Les deux se complètent à merveille. Car si le premier permet de préparer et d’éduquer notre oeil, le second joue plus ou moins le rôle d’album souvenir, s’attardant sur l’explication de certaines toiles ou photographies de Munch. Hélas la reproduction de tableaux dans un livre reste toujours aussi décevante : il y manque le rendu des couleurs, le format et la texture des tableaux, d’où l’intérêt d’aller à la rencontre de l’oeuvre originale, et à l’exposition Edvard Munch, l’oeil moderne, présentée à Beaubourg jusqu’au 9 janvier. Vous y découvrirez non pas Le Cri, l’oeuvre emblématique datant des débuts de Munch (1893), mais « comment sa production des années 1900 à 1940 s’est nourrie du développement de la photographie et du cinématographe, de ses expériences dans le domaine théâtral, ainsi que des interrogations de son temps concernant » « la reproductibilité de l’oeuvre d’art » et « les possibles interprétations des pratiques artistiques et littéraires ».

Arrêts parmi les 140 oeuvres sur les suivantes :

Vampire (1893), Puberté (1894-1895), Le Baiser (1897), La Vigne vierge rouge (1898-1900), Jalousie (1907), Femme en pleurs (1907, grand format), Le Soleil (1910-1913), Enfants dans la rue (1910-1915), Travailleurs rentrant chez eux (1913-1914), Autoportrait à Bergen (1916), L’Artiste et son modèle (1919-1921), Nuit étoilée (1922-1924), L’Enfant malade (1925), La Bagarre (1932).

 

Edvard Munch :  l’oeil moderne  :  l’exposition  :  [réalisé à l'occasion de l'exposition présentée au Centre Pompidou, Paris, Galerie 2, du 22 septembre 2011 au 9 janvier 2012, à la Schirn Kunsthalle, Francfort, du 9 février au 13 mai 2012 et à la Tate Modern, Londres, du 28 juin au 12 octobre 2012  [conception et rédaction, Marion Diez, Caroline Edde  ; traduction, Caroline Taylor-Bouché]. 

Paris  : Cente Pompidou , 2011
59 p.  : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul.  ; 27 x 27 cm
Textes en français et en anglais 

ISBN 978-2-84426-538-8 (rel.) : 8,50 €.

Le cercle des douze de Pablo de Santis

04.10
2009

cop. Métailié

« Il n’y avait aucun livre dans la maison de Grialet : c’était la maison tout entière qui était un livre. L’immeuble, comme je le sus par la suite, avait appartenu à l’éditeur Fussel, qui avait fait construire portes et fenêtres comme si elles avaient été des couvertures de livres. Les escaliers à colimaçon s’élevaient comme des arabesques ; des pièces imprévues surgissaient de-ci de-là comme des notes de bas de page ; les couloirs s’allongeaient telles des gloses exagérées. Et sur les murs blancs s’étalaient des écritures, tracées parfois avec soin et d’autres avec l’urgence que donne l’inspiration subite. » (p. 150)

Fils de cordonnier à Buenos Aires, Sigmundo Salvatrio n’aspire qu’à devenir l’un des grands détectives privés rassemblés au sein du Cercle des Douze. Aussi, lorsque l’un d’entre eux, Renato Craig, propose un cours, il s’y précipite dans l’espoir de devenir peut-être son assistant. C’est chose faite lorsque celui-ci, malade, le délègue pour le représenter à Paris à une réunion du Cercle au complet. Pas vraiment au complet puisque l’un d’entre eux, Darbon, meurt avant l’ouverture de la fameuse exposition universselle de 1889, en chutant de la Tour de Monsieur Eiffel. Pour les besoins de l’enquête, Sigmundo devient alors l’assistant de Viktor Arzaki, détective polonais vivant à Paris, le meilleur ami de son maître…

Pablo de Santis ancre avec habileté ce polar dans cette période un peu trouble où le positivisme, le progrès scientifique et technique, angoissent tous ceux qui aiment à cultiver le mystère et les réunions secrètes. Mettant son érudition au service d’un roman policier jouant tant sur le registre des vieux romans populaires que sur celui aux frontières d’un fantastique philosophique hérité de Borges, il nous offre ici une lecture des plus passionnantes.

Vous trouverez aussi du même auteur critiqués dans mes Carnets de SeL :

2012 : La Soif primordiale (roman)
2010 : L’Hypnotiseur (BD)
2004 : La Traduction (roman)
2004 : Le Calligraphe de Voltaire (roman)

SANTIS, Pablo de. – Le Cercle des douze / trad. de l’espagnol (Argentine) par René Solis. – Métailié, 2009. -  270 p.. – ISBN 978-2-86424-692-3 : 19 euros.

Kiki de Montparnasse ** de Catel & Bocquet (2007)

19.05
2008

Vous avez tous reconnue dessinée l’égérie de Man Ray dans les années 20, celle que le tout Montparnasse appelle Kiki, et que tous les artistes de l’époque ont adulée ou prise au moins une fois pour modèle voire pour maîtresse : Soutine, Modigliani, Kisling, Fujita, rendu célèbre par son Nu couché à la toile de Jouy d’elle, Per Krohg, l’amateur d’art Henri-Pierre Roché, Picasso, Tristan Tsara, Robert Desnos, André Breton, Marcel Duchamp, Calder, Utrillo, Léger, Ivan Mosjoukine, Jean Cocteau, Henri Broca, Ernest Hemingway,… Voici la biographie tumultueuse et passionnée d’Alice Prin que rien ne prédestinait à devenir cette muse charismatique du tout Paris de l’entre-deux-guerres.

Voilà un visage aux yeux fermés que je contemple depuis longtemps sans bien le connaître, celui posant sur l’une de ces photographies de Man Ray demeurée dans la mémoire collective, Noire et blanche, datée de 1926. Cette bande dessinée a l’heur de nous plonger dans ce Paris des années 20 en pleine effervescence artistique, au milieu des histoires amoureuses des uns et des autres, de leurs amitiés perdues et retrouvées, et de leur percée les poches pleines dans le monde de l’art ou quittes pour n’être reconnus qu’à leur mort. Le personnage de Kiki, qui pourrait passer pour vulgaire et grossier, vendant ses charmes à qui veut et poussant la chansonnette grivoise sur les tables, y devient entier et attachant, et ceux des artistes les plus célèbres on ne peut plus humains. Une BD emblématique d’une époque-phare de l’art.

Prix FNAC-SNCF – 2008

Prix Essentiel – Angoulême 2007

Vous pouvez lire aussi d’autres avis, tel celui inspiré sur Lectures et autres.

Casterman, 2007. – 374 p.. – (écritures). – ISBN 978-2-203-39621-0 : 18,95 €.

Voir les 5 commentaires sur l’ancien blog