Mots-clefs ‘Maxime Gorki’

La mère *** de Maxime Gorki (1907)

01.05
2011

copyright Le Temps des cerises

RELECTURE :

Devenue veuve d’un mari alcoolique la violentant, Pélagie Vlaslov se tourne vers son fils, Paul, jeune ouvrier travaillant dans l’usine métallurgique de la petite ville, qu’elle découvre embrasser des idées socialistes révolutionnaires. D’abord effrayée, cette femme ordinaire se prend d’affection pour ses compagnons et, au fil de leurs débats, commence peu à peu à adhérer à leur vision de la société, prenant conscience de sa classe et condamnant à son tour l’exploitation capitaliste, jusqu’à devenir elle-même une ardente militante…

Un roman fort sur le militantisme socialiste dans une Russie tsariste, entrepris en 1906 par cet opposant au régime, pour encourager les milieux intellectuels désemparés à la suite de la défaite de la Révolution de 1905. Pour ce faire, Maxime Gorki brosse l’un des plus beaux portraits de la littérature, celui d’une prolétaire, mais surtotu celui d’une mère, d’une femme du peuple convertie aux idées révolutionnaires, qui inspirera le cinéaste Poudovkine, Bertolt Brecht puis Hanns Eisler.

Un classique incontournable.

 

GORKI, Maxime. – La Mère / trad. du russe par René Huntzbuler. – Le Temps des cerises, 2005. – 357 p.. – (Romans des libertés). – ISBN 2-84109-297-9 : 19 euros.

 

Un premier amour et autres histoires ** de Maxime Gorki

10.09
2005

Ce recueil de 7 nouvelles révèle Maxime Gorki sous un autre jour, non pas seulement l’écrivain engagé, mais surtout l’homme sensible. Dans La Mère, il manifestait ainsi son attachement aux femmes, montrait qu’il en observait le sort et en admirait le courage et l’abnégation. Il est ici moins question de luttes de classes que de la figure féminine elle-même et de son pouvoir de séduction. Aussi chacune de ses histoires brosse-t-elle le portrait psychologique de diverses femmes, couvant le narrateur de leurs yeux souvent bleus, tantôt épouse coquette, tantôt femme-objet asservissant l’homme, tantôt soeurette attendrie partageant la même misère, tantôt énième Emma Bovary.


La lecture de ces nouvelles est un ravissement. Les mots coulent, se fondent, épousent la pensée, et suffisent à eux seuls. Chacune d’entre elles instruit le lecteur sur la nature des relations entre hommes et femmes, les décrivant avec une remarquable sensibilité, sans jamais s’en moquer ou les mépriser. Il y a aussi cette dernière histoire qui détonne, d’esthétique fantastique, où la genèse d’un personnage se met en scène, tourmenté par l’envie de trouver sa dame. Un recueil singulier, dont les intrigues peu épaisses, sur le mode de l’intimité, sont habillées d’un beau matériau stylistique.

GORKI, Maxime. - Un premier amour et autres histoires / préface de François Eychart. – Le Temps des Cerises, 15 mai 2007. – 261 p.. – (Romans des Libertés). – ISBN : 2-8410-9628-9 : 17 €