Mots-clefs ‘maladie’

Kyoko de Ryû Murakami

28.12
2005

cop. Picquier

Kyoko, c’est une jeune japonaise de 21 ans qui débarque à New York à la recherche de José qui, il y a 12 ans, lui a appris à danser puis est reparti en lui laissant cette adresse lointaine. Dès lors, elle n’aura de cesse de le retrouver, croisant sur son passage les parias de la société, noirs, immigrés et homosexuels, qui tomberont sous son charme lumineux. Quand elle le retrouvera au dernier stade du sida, elle décidera naturellement de réaliser son dernier rêve : parcourir des milliers de kilomètres vers le sud, dans une Amérique profonde intolérante, à bord d’un bus rouge, pour rejoindre une mère qui ignore et son homosexualité et son état.

Un très beau roman redonnant vie et espoir à tous ceux que le personnage rencontre, qui croient, comme nous lecteurs, la société à jamais gangrénée par l’individualisme et l’intolérance. Un personnage créé comme une bouffée d’oxygène, que d’aucuns pourraient qualifier de trop beau pour être réel.

Pays de neige de Yasunari Kawabata

19.09
2005

cop. Albin Michel

 

Titre original : 雪国 (Yukiguni), trad. du japonais par Bunkichi Fujimori

Dans le train qui l’emmène de Tokyo à une petite station thermale du Pays de neige où il compte retrouver Komako, une geisha pleine de talents et d’abnégations, Shimamura, un mari désoeuvré, reste ébloui par la pureté du visage et de la voix de Yôko, une jeune femme du pays prenant soin d’un malade. Or Shimamura finit par apprendre que Komako s’est sacrifiée pour cet homme malade avec lequel elle a grandi chez sa maîtresse, professeur de musique, et dont s’occupe à présent Yôko dans la même maison. Pourtant c’est lui qu’elle aime, et elle devine la fascination que Yôko peut exercer sur lui…

Le roman s’épanouit autour de cette relation triangulaire pleine d’on-dits et de non-dits, la blancheur et la pureté de la neige où est nettoyé le linge se reflétant sur le visage de ces deux jeunes femmes, comme la vitre du train les yeux magnifiques de Yôko (qui constitue mon passage préféré). Il se consumera dans un dénouement dramatique tout aussi ambigu que cette relation qui semble totalement dépasser cet homme vivant uniquement le moment présent. La poésie qui se dégage de ce paysage à la blancheur éclatante au sein duquel se blottit le village, se protégeant du froid, la subtilité avec laquelle sont exprimés les sentiments des personnages, quelques ellipses laissant imaginer plus sûrement leurs pensées, ne parviennent pourtant pas à me laisser l’image forte que j’ai conservée de Tristesse et beauté.

Albin Michel
252 p.

La joie de vivre ** d’Emile Zola (1884)

16.09
2005

Orpheline à 10 ans avec un bel héritage, Pauline Quenu est recueillie par son oncle et sa tante. Douce et calme, elle se fait aussitôt accepter par eux et par son cousin Lazare, qui vient d’obtenir son baccalauréat mais ne rêve que de musique au grand dam de sa mère, qui nourrit beaucoup plus d’ambitions pour lui. Peu à peu, la petite se dévoue entièrement à cette famille d’adoption et à tous ces pauvres gens du village qui envoient leurs enfants mendier auprès d’elle tous les samedis, mais plus encore pour Lazare pour lequel elle va consentir à alléger le paquet de titres dont elle a hérités. Et plus les années passent, plus Lazare change de passions, plus le ménage de la famille vient à manquer, et tandis que le magot s’allège, la famille, ayant mauvaise conscience, commence à beaucoup moins l’aimer…

Ce roman psychologique semble être le plus intimiste de Zola, en ceci que Lazare souffre comme lui de cette idée de sa mort prochaine. Zola essaie ainsi de réagir contre sa propre hantise de la mort en brossant le portrait de ce personnage nerveux, jamais heureux, antinomique de celui de Pauline portée par une pulsion de vie et d’altruisme, contre le scepticisme et le désespoir pour ceux qui sont trop instruits pour croire aux promesses religieuses. Toute une machinerie du corps est ainsi mise en branle dans le roman à travers les maux dont souffrent l’oncle avec sa goutte, puis la tante, et enfin Louise dont l’enfantement est terrifiant. Zola confronte ainsi la maladie, la douleur physique, à la joie de vivre, à la patience de Pauline qui croit en la médecine et en la toute-puissance de la volonté. C’est ainsi que Pauline, en lutte d’abord contre sa jalousie et son besoin d’être aimée, puis pour son droit d’être pleinement femme et mère, atteindra l’ultime abnégation d’elle-même. A tel point que le lecteur est révolté devant cette souffrance morale, il a bien envie de la secouer, et de rêver pour elle d’une autre vie possible que lui laisse entrevoir le cher médecin, seul à voir clair dans son dévouement sans borne.

Voir les 4 commentaires sur l’ancien blog