Mots-clefs ‘Loriano Macchiavelli’

Derrière le paravent de Loriano Macchiavelli

26.11
2008

cop. Métailié

Titre original : Passato, presente e chissa
Traduit de l’italien par Laurent Lombard

Bologne, 1978. Chargé de la surveillance d’une collection de numismatique, Sarti Antonio fait garder les seules issues. Ce faisant, il oublie l’existence d’un aqueduc antique qui arrive dans la cour du bâtiment : les trois plus belles pièces sont dérobées et lui, puni pour sa négligence, affecté au quartier du Pilastro, où les forces de l’ordre sont impuissantes devant le réseau de délinquance qui y est ancré. Il y fait la connaissance du jeune Claudio, âgé d’une douzaine d’années, dont il se prend d’affection. Aussi, lorsqu’on découvre son petit cadavre sur le trottoir, une balle de carabine dans la nuque, il n’a de cesse de trouver son assassin…
« - Qu’est-ce qu’il vous avait fait de mal, mon petit Claus ?
Je me le suis demandé moi aussi. Au moment précis où je l’ai vu sur le trottoir, la joue droite écrasée sur le porphyre, un trou minuscule dans la nuque, le sang séché sur les cheveux.
Je me le suis demandé moi aussi. » (p. 59)
A l’aide de son antihéros, grand amateur de café, Loriano Macchiavelli façonne un petit polar qui lève le voile sur les préjugés qui avaient cours sur le ghetto d’alors de cette ville italienne.
Je ne peux que vous inciter à lire la critique d’un confrère, Jean-Marc Laherrère, véritable amateur de polars, sur actu-du-noir.
MACCHIAVELLI, Loriano. - Derrière le paravent / trad. de l’italien par Laurent Lombard. – Métailié, 2008. – 233 p.. – (Bibliothèque italienne. Noir). – ISBN 978-2-86424-667-1 : 19 €.

Bologne ville à vendre de Loriano Macchiavelli

11.11
2006

cop. Métailié

Titre original : Cos’é accaduto alla signora Perbene ? (1979)

Bastion du parti communiste italien, la ville de Bologne, dans les années 70-80, est agitée par des manifestations de l’ultra gauche. Au cours de l’une d’elle, une balle perdue semble avoir tué Vincenzo Clodetti, un honnête homme, à deux pas de cette agitation. Bien évidemment, les soupçons se portent immédiatement sur les manifestants, mais le sergent Sarti Antonio n’en est pas si sûr : son indic lui apprend l’existence d’un film amateur de la manifestation et se fait tabasser quelques minutes après… 

Un sergent, à la journée rythmée par les bons petits cafés, qui côtoie ses indics et une jeune prostituée au point d’en risquer son emploi, voilà un roman policier qui bouscule les frontières manichéennes établies et prouve que tout le monde peut être coupable, et ce pour diverses raisons. L’auteur du même coup dénonce l’obéissance aveugle des forces de l’ordre au pouvoir et la mainmise des politiques sur le lobby de l’immobilier. Un roman policier plaisant et déroutant, tant par l’intrusion de ce « je » extradiégétique et par son dénouement que par cette vague d’intelligence et de chaleur humaine ressentie chez tous ces laissés pour compte, quantité négligeable pour la société. Cela m’a bien plu !

MACCHIAVELLI, Loriano. - Bologne ville à vendre / trad. de l’italien par Laurant Lombard. – Métailié, 2006. – 207 p.. – (Bibliothèque italienne). – ISBN : 2-86424-591-4 : 21 €.