Mots-clefs ‘Joël Alessandra’

Lady Whisky de Joël Alessandra

05.07
2017
cop. Casterman

cop. Casterman

Alors que sa tante, Helen Arthur, grande critique de whisky, vient de décéder, Joël Alessandra découvre dans ses carnets qu’elle laisse derrière elle une quête inachevée, celle d’un whisky tourbé, malté, salé, marin, au goût d’algue pour sa propre marque. Délaissant sa documentation sur le sujet qui décline toutes les sortes de whisky dans le monde, Joël s’oriente vers la Mecque du whisky, l’Ecosse, et même vers la Mecque de la Mecque du whisky, l’île d’Islay, qui dispose du plus grand nombre de distilleries d’Ecosse au mètre carré. Il demande alors à Caroline Dewer, une ancienne collègue et amie de Helen, de l’accompagner dans ce voyage initiatique…

Cette bande dessinée se lit comme un beau carnet de voyages et de rencontres, qui nous fait découvrir, à l’instar du narrateur, comment on obtient le whisky, comment on le boit et où on trouve les plus recherchés.  Vous êtes invités chez un amateur de bon whisky ? Ne cherchez plus : offrez-lui cette BD.

Petit-fils d’Algérie de Joël Alessandra

22.04
2015
cop. Casterman/Alessandra

cop. Casterman/Alessandra

Natif de Marseille, l’auteur-narrateur part en 2013 à Constantine sur les traces du passé de sa famille : cette dernière a fui la misère en Italie pour rejoindre l’Algérie où elle s’enrichit en construisant quelques-uns des édifices de cette magnifique ville entourée de gouffres. Mais quand De Gaulle prononce son fameux « Je vous ai compris », elle quitte pour toujours cette terre d’accueil pour en chercher une autre, la France, qui se montrera plutôt hostile. L’Histoire achèvera de se faire interroger Joël Alessandra sur l’attitude des membres de sa famille alors en position de colons : les siens étaient-ils des exploiteurs,  des racistes, des esclavagistes ?

Dans ce bel album, Joël Alessandra part en quête de son identité familiale : devra-t-il en avoir honte ? Pourra-t-il au contraire en être fier ? Placé sous escorte, et guidé par le vieux Lockmane, il va aller à la rencontre des vestiges et des témoins de ce passé intimidant, retrouver ses racines et découvrir les recoins secrets d’une ville fascinante. Tantôt sur le monde de la bande dessinée, tantôt sur le mode du carnet de route avec force photographies et documents personnels, des cartouches jouxtant de magnifiques aquarelles, il va emmener le lecteur avec lui dans un voyage qui sera aussi intérieur. Soulagé du poids de la culpabilité d’être le petit-fils d’anciens colons. Un savoir familial reconstitué qu’il pourra enfin transmettre à ses enfants. Un très bel album personnel.

Petit-fils d’Algérie

Préface de Benjamin Stora

Casterman (2015).

115 p. : ill. en coul. ; 22*29 cm. 

EAN13 9782203093997 : 19 €.