Mots-clefs ‘Grazia Verasani’

A tous et à personne de Grazia Verasani

22.07
2012

cop. Métailié

Détective privée à Bologne, quadragénaire célibataire, Giorgia Cantini se voit contrainte par son père de prendre une jeune assistante débarquant de sa province. Alors qu’une bourgeoise lui demande de suivre en filature sa fille de dix-sept ans, Barbara, qui sèche ses cours depuis plusieurs semaines, Giorgia suit aussi avec intérêt l’enquête de son ami policier Luca Bruni sur le meurtre de Franca Palmieri, “La fille aux crapauds”, qui a grandi dans le même quartier qu’elle, accueillant dans sa chambre tous les garçons de son âge…

« Un type dans les quarante ans, maigre et chauve, en veste et cravate desserrée, me donne un coup de coude, s’excuse, fait une blague : il me drague. J’ai envie de lui apprendre qu’il existe des pays plus civilisés, des pays où quand une femme entre dans un bar toute seule personne ne se sent en droit de l’importuner. Des pays où on peut dire : « Merci, j’ai envie d’être seule., sans se sentir en faute ni forcée de sourire. » (p. 38)

Un petit polar qui se perd un peu dans les souvenirs nostalgiques de la narratrice, autour de l’élucidation de l’affaire de « La fille aux crapauds », mais qui pointe du doigt, avec l’histoire de l’adolescente, un crime omniprésent dans toutes les époques et différentes sociétés.

 

VERASANI, Grazia. – A tous et à personne / trad. de l’italien par Gisèle Toulouzan et Paola de Luca. – Métailié, 2012. – 236 p. ; 19 cm. – (Suite italienne). – EAN13 9782864248606 : 10 €.

Vite et nulle part de Grazia Verasani

21.05
2008

cop. Métailié

Actualité littéraire 2008

Titre original : Velocemente da nessuna parte (Italie, 2006)

Bologne, dans la chaleur de l’été. Une blonde, assez belle pour être mannequin, recourt aux services de Cinzia Cantini, détective privée célibataire en surpoids, la quarantaine, à l’humour noir, pour rechercher sa meilleure amie et collègue, à qui elle ressemble comme deux gouttes d’eau. Mais les pistes sont nombreuses pour retrouver une prostituée de luxe, mère célibataire d’un garçon de dix ans…
« La toxicité de l’amour commence toujours comme ça : tu rencontres quelqu’un, tu couches avec, et en un tournemain tu es déjà prête à donner un autre nom au sexe. Comme si un organe dans un autre suffisait pour construire un roman. Comme si nous ne pouvions pas résister à la tentation de meubler le silence avec le mobilier vide de nos mots.«  (p. 193)
Voici le second roman mettant en scène Giorga Cantini, un tantinet défaitiste ou cynique, au choix, dont le personnage noir à souhait, à lui seul, sauve l’intrigue sans éclat ni surprise de ce polar italien.
VERASINI, Grazia. – Vite et nulle part / trad. de l’italien par Anaïs Bokobza. – Métailié, 2008. – 219 p.. – (Métailié noir ; 139). – ISBN 978-2-86424-648-0 : 10 €.