Mots-clefs ‘amour’

Hiroshima mon amour de Marguerite Duras

16.08
2020

IMG_20200725_160347Hiroshima, août 1957. Une femme française d’une trentaine d’années y joue le rôle d’une infirmière dans un film international pour la Paix, dont le tournage s’achève pour elle. Mais c’est de sa brève rencontre avec un Japonais dont il s’agit, un homme marié lui aussi, de cette histoire d’amour brève, au cours de laquelle elle lui confie un secret, celui de son premier amour, de cet amour interdit avec l’ennemi à l’âge de vingt ans, après trois années à se regarder, celui de s’être couché sur son corps assassiné sur la place, celui d’avoir été fondée puis chassée de la ville par l’opprobre pour gagner Paris.

Subtilité toujours de Duras, d’évoquer Hiroshima par touches successives d’images chocs pour mieux raconter une histoire d’amour entre deux jeunes gens à l’âge d’aimer, par delà des camps ennemis. Un scénario qui donne envie de voir le film dès que possible.

Dix heures et demi du soir en été de Marguerite Duras

14.08
2020

IMG_20200721_205732Rodrigo Maestra a tué sa jeune épouse âgée de dix-neuf ans et son amant, Toni Perez. Dans le café, Maria boit une manzanilla quand elle apprend cette nouvelle qui s’est répandue dans toute la ville, comme les policiers. Elle rejoint avec sa fille Judith, âgée de quatre ans, son mari et une amie à l’hôtel, et les découvre les mains se tenant l’une l’autre, le long de leurs corps rapprochés. Le soir, elle boit encore, les sachant guetter l’occasion de se rejoindre pour faire l’amour. D’une fenêtre elle aperçoit en même temps que le couple enlacé, annonçant la fin de son amour, Rodrigo Maestra caché sur le toit. Prenant sa voiture, elle l’appelle et, entre deux rondes de policiers, le fait sortir de la ville…

La fin d’une histoire d’amour, d’un couple, le début d’une autre, une relation triangulaire dans la transition de couple, la chaleur écrasante, le soleil, l’alcoolisme, le voyage cette fois en Espagne : Duras, Duras, Duras encore… avec une pointe d’amour passionnel et de meurtre.

 

 

Dix heures et demi du soir en été
Marguerite Duras
1ère édition : Gallimard, 1960
150 p.

Le marin de Gibraltar de Marguerite Duras

10.08
2020

1947. Jacqueline et lui visitent cet été-là Milan, Gênes, Pisé. Alors qu’il veut à tout prix partir à Florence ce jour-là, il se retrouve à côté d’un ouvrier au volant d’une camionnette, qui lui fait ouvrir les yeux sur son métier de bureaucrate et sur sa compagne, lesquels l’ennuient profondément. À Florence il décide de tout quitter et l’annonce à Jacqueline à Rocca, une bourgade en bord de mer, au moment où il aperçoit la riche propriétaire d’un yacht dont tout le monde parle. Il boit plus que de coutume, va au bal avec elle. Il part sur son yacht et, alors qu’elle recherche depuis des années son amant, un bad boy assassin, ils s’aperçoivent qu’ils s’aiment…

On retrouve les thématiques chères à Marguerite Duras : l’amour, l’amour malgré la différence de classe sociale, le voyage, et notamment en Italie, l’ivresse, le désoeuvrement. Si la première partie évoquant la rupture paraît bien longue et s’éterniser dans la torpeur léthargique de l’été, celle de la rencontre avec Anna puis la quête sans plus de vrai but dans la dernière partie semblent finalement filer aussi vite que le cognac et le whisky, qu’ils boivent durant tout le roman. Un roman durassien, tout à fait puissant dans ses non-dits, ses relations amoureuses sans carcan de bienséance, ses invitations au voyage sans but.

Le marin de Gibraltar
De Marguerite Duras
1ère édition Gallimard, 1950

Plus de photos dans mes carnets_de_lectures sur Instagram.com

 

L’amour de Marguerite Duras

12.07
2020

IMG_20200711_213216La plage, la mer, un homme aux yeux clairs, un autre homme qui marche et une femme assise aux yeux fermés. Au loin une prison, une ville, S. Thala, des incendies se déclarent. Le triangle se rejoint, se sépare chaque jour : partagent-ils un passé ?

Un lieu, trois personnages décrits sommairement, peu de dialogues, pas d’actions ou si peu. Le récit est cinématographique : il rend visible des plans, audibles les échanges, mais ne permet aucune focalisation sur l’état psychologique des personnages. On pourrait presque croire à une suite du Ravissement de Lol V. Stein, un autre cercle fermé de trois personnes et une autre histoire énigmatique. Un roman très représentatif de la « nouvelle vague », certes intéressant mais pas captivant du coup, voire décevant compte tenu du titre.

 

 

IMG_20200711_213227 IMG_20200711_213236 IMG_20200711_213245

Library wars de Yumi & Arikawa

22.06
2020

IMG_20200615_085606Les deux premiers tomes

Dans un futur alternatif, le gouvernement japonais juge néfastes certaines lectures et décide de les censurer au moyen d’un comité d’amélioration des médias. Mais les bibliothécaires défendent parfois au prix de leur vie leurs livres, revues et journaux, et finissent par faire voter la loi de sauvegarde des bibliothèques, qui crée aux côtés des bibliothécaires un corps paramilitaire. C’est ce dernier qu’intègre Iku Kasahara à l’insu de ses parents, qui veut suivre les traces d’un « prince charmant » mystérieux lequel avait sauvé son livre favori des griffes de deux membres du Comité d’amélioration des médias. Très vite ses performances physiques qui surpassent celles des filles et de nombreux garçons lui permettent d’être sélectionnée par le lieutenant Atsuhi Dojo, qui semble très dur envers elle…

Sur fond de conflit pour la liberté d’expression, de lois de confidentialité comme celle de ne pas dévoiler les lectures d’un meurtrier, se déroule semble-t-il une histoire d’amour qui s’ignore. Divertissant mais pas original au point d’avoir envie de poursuivre la lecture de cette série.

IMG_20200615_085542 IMG_20200619_223814 IMG_20200619_224124

Au bonheur des dames d’Agnès Maupré

07.06
2020

IMG_20200607_205104Désormais orpheline, Denise, chargée seule de veiller sur ses deux frères, Jean, bel adolescent bourreau des cœurs, et Pépé, encore bien petit, débarque un matin en plein Paris dans l’espoir de trouver chez son oncle emploi, gîte et couvert. Mais le petit commerçant souffre trop de la concurrence du grand magasin de nouveautés « Au bonheur des Dames » pour pouvoir l’employer. C’est donc en face, dans cette machine immense qu’elle va travailler. Mal coiffée, souffre-douleur de ses collègues, elle a droit à une leçon d’Octave, son jeune patron ambitieux, pour être davantage présentable. Mais lorsque son frère Jean vient la trouver au magasin, Octave croit que c’est son amant et la renvoie. C’est alors qu’il se rend compte à quel point il est tombé amoureux d’elle…

Voici une adaptation relativement fidèle d’un roman de Zola faisant la part belle à Denise, une héroïne courageuse cristallisant toutes les vertus devant laquelle Octave finira à genoux, lui qui sait d’ordinaire manipuler les femmes pour s’enrichir, qui conçoit un nouvel Éden où va se perdre la gent féminine, qui imagine les ressorts de la société de consommation. Cette histoire sentimentale a pour cadre la peinture sociale du microcosme des commis et vendeurs d’un grand magasin, des petits commerçants mis à genoux par la toute-puissance de cette machine à profit. Agnès Maupré a bien distingué par ses couleurs les hommes en noir des femmes, les vendeuses en noir de leurs clientes. Elle décrit admirablement le nouvel engouement des femmes de l’époque pour ces grands magasins, et la frénésie qui y règne. Une BD réussie.

IMG_20200607_204815IMG_20200607_205115

Les petits chevaux de Tarquinia de Marguerite Duras

21.05
2020

IMG_20200521_204206Sara passe ses vacances dans un village italien au bord de la mer, avec son mari, son fils, sa bonne, son amie et un couple d’amis. La chaleur est écrasante, leur rituel composé de baignades, de bitter campari, de poissons grillés en terrasse de l’hôtel et de jeux de boules. Même la mort d’un jeune démineur dans la montagne perturbe à peine ces vacances. Seul le désir de l’homme au bateau parvient à la troubler…

« L’homme », « l’enfant » : Marguerite Duras préfère aux prénoms fantoches leur désignation. Comme dans Moderato Cantabile, la mère se distingue par son amour pour son fils, constant et inaltérable, contrairement au lien amoureux avec son mari qui se délite. Ne connaitre qu’un amour absolu est-il possible ? La tentation d’une aventure l’effleure, se savoir désirée et donc exister aux yeux d’un autre la rassure. Son mari, qui l’a apparemment souvent trompée, lui, éprouve pour la première fois la douleur d’être le témoin de cette tentation. Leur couple d’amis italien se déchire continuellement, mais à l’opposé n’envisage pas d’autre partenaire. La torpeur de ces vacances qui les plonge dans l’inertie gagne aussi la lectrice que je suis, qui s’imagine parfaitement se rafraîchir dans la mer ou avec des apéros entre amis pour se reposer du train social et professionnel. J’ai adoré ce roman, dans la filiation duquel naîtra le formidable Moderato cantabile. A lire sur la plage cet été !

Gallimard, 1953
220 p.
EAN13 978207036187X

IMG_20200521_210152