Categorie ‘** J’ai beaucoup aimé

Topo 21

02.02
2020

topo 21Topo ? Vous ne connaissez pas ? C’est une revue bimestrielle qui propose des planches de bandes dessinées pour expliquer plusieurs sujets d’actualité.

 

Aperçu du numéro

L’enquête « sexe : le grand tabou » par Claire Rainfroy et Sébastien Vassant nous explique les raisons pourquoi parler de sexualité nous met mal à l’aise, si bien qu’une bonne partie des établissements scolaires ignorent le caractère obligatoire depuis 2001 de l’éducation à la sexualité.

Se penchant sur la mise en application de la loi Egalim, qui impose depuis le 1er novembre 2019 un repas végétarien par semaine, Marie Pragout et Théo Grosjean nous révèlent pourquoi on mange autant de viande et de produits laitiers à la cantine.

Martine Abat et Adrien Villesange nous exposent dans ce numéro le métier de juge des enfants.

Topo. janvier-février 2020, n°21. 146 p. : ill. en coul. ; 26*20 cm.

Hilda et le roi de la montagne

30.01
2020

IMG_20200108_194737Dans la forêt de pierres, Hilda se réveille en Troll, tandis qu’enville, le bébé Troll a pris sa place chez elle, auprès de sa mère qui s’inquiète beaucoup pour elle et part à sa recherche. Hilda apprend que c’est la maman Troll qui a cru bien faire en échangeant les deux vies, au vu de la personnalité des enfants, et un géant emprisonné sous la montagne se présente à elle comme étant le seul être capable de briser le sortilège….

Trois ans après, voici la suite et fin des aventures de Hilda et la forêt de pierres.Inspirée de la mythologie nordique, cette histoire de trolls permet d’aborder la relation maternelle sous un jour différent. Un vrai plaisir à lire.

A lire du même auteur les albums précédents : « Hilda et la parade des oiseaux », « Hilda et le troll », « Hilda et le géant de minuit » et « Hilda et le chien noir ».

PEARSON, Luke

Hilda et le roi de la montagne

trad. par Basile Béguerie

Casterman, 2020. n.p. : ill. en coul. ; 31 cm. EAN13 978-2-203-09755-1 : 15 €

Star Fixion

29.01
2020

Star fixion

Et si Georges Lucas confiait le scénario de Star Wars à un producteur de films de science-fiction contraint de tourner des films X pour régler ses dettes ? Voilà qui donne lieu à d’innombrables gags nés de quiproquos avec un jeune scénariste bien loin de s’imaginer ce qui est en train d’être véritablement tourné.

OBION, BERNSTEIN

Star Fixion

Fluide glacial, 2019. 53 p. : ill. en coul. ; 23*30 cm. EAN13 9782378783204 : 29,90 €.

 

Et si l’amour c’était aimer ?

24.01
2020

Et si l'amour c'était aimer ?

 

Sandrine et Henri vivent heureux jusqu’à cette livraison de macédoine à domicile qui scelle le désir de Sandrine de revoir Michel, le beau ténébreux, chaque jour…

 

Fabcaro a choisi de plagier le roman-photo à l’eau de rose pour évoquer la fragilité du couple condamné à la routine, qui explose à la moindre allumette du désir. C’est tellement juste. Il met le doigt là où ça fait mal !

La guerre des Lulus : Lucien

23.01
2020

IMG_20200122_135349Hospitalisé en novembre 2018, Lucien se confie à l’infirmière : séparé de ses amis il replonge dans les souvenirs à l’orphelinat de sa première rencontre avec ceux qui allaient former avec lui les Lulus…

C’est évidemment un préquel de cette série à succès : le scénariste y raconte l’ambiance à l’orphelinat avant que la première guerre mondiale n’éclate. Il en profite pour y traiter du problème de harcèlement scolaire dont viennent à bout la solidarité et la ruse des Lulus.

HARDOC, HAUTIERE, Régis.

La guerre des Lulus : Lucien : tome 6.

Casterman, 2019. 55 p. : ill. en coul. + annexes ; 29*22 cm. EAN13 9782203159266 : 13,95 €.

 

Une bête au paradis

28.12
2019

Les demeurées de Jeanne Benameur

07.10
2018
cop. Folio

cop. Folio

 

La Varienne, c’est l’abrutie du village, et la bonne de Madame. Elle attend toujours que sa petite Luce apprivoise chaque objet étranger avant de lui trouver une utilité, un usage. Un jour, l’école obligatoire lui prend Luce. Désormais, la maîtresse, Melle Solange, tente d’apprendre à lire et à écrire à Luce. Mais cette dernière refuse obstinément de faire le moindre effort en ce sens, comme si elle trompait sa mère en apprenant des choses étrangères à leur microcosme silencieux. Un jour, Mademoiselle Solange écrit le mon de Luce au tableau. Cette dernière s’enfuit et tombe malade…

Il s’agit d’une sorte de huis clos autour d’un trio : la Varienne, bourrue et demeurée, qui ne commence à montrer son affection à sa fille qu’une fois qu’elle tombe malade, Luce qui veut plaire à sa mère en refusant de progresser, dans un accord tacite, et Mademoiselle Solange qui culpabilise de ne pas avoir su comment éduquer cette sauvageonne. Un trio et un trésor : la connaissance, qui ne s’ouvre qu’à qui veut, qui désire. En ceci réside peut-être le secret de l’éducation : un lien affectif indissociable du désir d’apprendre.