Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro

28.02
2018
cop. Gallimard

cop. Gallimard

 

Prix Nobel de littérature 2017

Kath a le privilège en tant qu’accompagnatrice de pouvoir choisir ses patients. Un jour où elle retrouve l’une des anciennes élèves d’Hailsham, devenue comme elle accompagnatrice, mais qui en souffre, elles évoquent ensemble les deux meilleurs amis de Kate, dans cette école isolée dans la campagne anglaise, Ruth et Tommy. Kath se souvient alors de son enfance là-bas, encadrée par les « gardiens » qui les ont aussi éduqués. Elle se remémore les tabous, les non-dits pour se protéger de la vie qui les attendait, de ces dons de leurs plus belles oeuvres artistiques aux uns et aux autres, et même à Mademoiselle, les emportant pour les exposer dans la Galerie. Elle se souvient aussi de son amitié avec Ruth, la dominatrice, et avec Tommy avec qui elle s’entendait si bien. C’est alors qu’elle décide d’accompagner Tommy, qu’elle n’a pas revu depuis Ruth lui a déclaré qu’il ne voudrait jamais d’elle…

Mon mari m’a offert ce roman dont je ne savais strictement rien. Je connaissais seulement l’histoire des Vestiges du jour par le trou de la serrure du film avec Anthony Hopkins, et j’en gardais le souvenir d’un film d’atmosphère, et d’une vie personnelle niée, de sentiments éradiqués, au profit d’un maître à servir du mieux possible, et donc un conditionnement tel que le sens du devoir, du travail bien fait, devient un absolu au point de ne pas assister à la mort de son père ou de refuser l’amour à sa porte.

J’invite ici mes lecteurs qui n’auraient pas lu le roman à ne pas lire plus avant car le roman perdra de beaucoup son intérêt si vous connaissez déjà son sujet. Un conseil : lisez-le comme je l’ai fait sans rien en savoir, vous devinerez sans doute de quoi il retourne, mais l’effet de suspens désiré par l’auteur sera ainsi préservé.

Avec surprise, je découvre donc ici un roman d’anticipation se déroulant dans la Grande Bretagne des années 90. Déroutant à bien des égards, mais ô combien puissant puisque sans embage, sans détour, et de la meilleure façon qui soit, il aborde non pas la question éthique du clonage thérapeutique mais suit le parcours de ces touts-petits éduqués ensemble dans un pensionnat jusqu’à l’âge adulte, protégés du monde extérieur et élevés dans le non-dit mais avec pour horizon de vie de devenir des donneurs. On retrouve ici un thème commun aux Vestiges du jour, mais aussi à l’éducation japonaise, qui est le conditionnement des enfants qui, devenus adultes, ne songent jamais à fuir, à s’échapper, alors qu’ils en ont l’occasion. Quand d’autres dystopies auraient fondé toute l’intrigue sur la révolte de ces jeunes adultes, procréés artificiellement par clonage, destinés à être dépecer comme des cochons pour prolonger la vie d’êtres humains nés naturellement, ici rien de tel : personne n’esquisse un geste, ni même n’y songe. Tout au plus leur donne-t-on l’espoir un jour d’obtenir un sursis de quelques années. Froidement, la narratrice comme ses amis affronte le sort que ses créateurs lui ont réservé, et pourtant l’empathie domine, sans jamais tomber dans le pathos, de même que toute la palette de sentiments et de découvertes, d’amitiés et d’amours qu’elle livre ici, en tous points semblables à son modèle humain..

Une excellente dystopie à lire pour conclure tout débat sur le clonage thérapeutique, du point de vue des clones !

Partagez

Tags: ,

1 Reponse to “Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro”

  1. Mahault dit :

    Un des mes romans de chevet. Plus que le clonage encore, c’est une magnifique façon d’aborder aussi le sens de la vie. La double culture de l’auteur (bien qu’il s’en défende souvent) apporte beaucoup à son œuvre.

Laisser un commentaire