La lenteur de Milan Kundera

28.08
2020

IMG_20200808_104659Vera et Milan Kundera séjournent dans un château où a lieu un colloque d’entomologistes. Un scientifique tire une larme à l’assistance avant d’être ridicule, un autre insulte son ex-maîtresse qui réalise un reportage sur lui, laquelle traite son amant cameraman comme un chien avant de se jeter à l’eau magistralement, un autre encore, Vincent, simule un coït en bord de piscine, mais tous ont besoin d’un public pour briller en se démarquant. Parallèlement, dans un récit de Vivant Denon au 18e siècle, un jeune chevalier passe une belle nuit d’amour avec madame de T., qui devra rester secrète, même en lui faisant rencontrer cet autre libertin du 20e siècle…

Réflexions et récit s’entremêlent pour évoquer la versalité du public, la relativité d’une expérience dite courageuse, l’égocentrisme et le besoin de briller, et puis un éloge de la lenteur versus la vitesse de notre époque contemporaine, à commencer par celle de nos déplacements, mais surtout celle de nos ébats amoureux, qui seraient bien davantage sauvés de l’oubli en cultivant l’art de la mise en scène, en ménageant le suspens et la diversité des espaces.

Mes passages préférés se trouvent aux pages 10, 12, 37, 44-45, 49, 51, 64, 86, 89.

J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian

22.08
2020

2020-08-22_20-43-20_379Lee Anderson arrive à Buckton, petite ville du sud des États-Unis, avec un dollar en poche, une lettre de recommandation et un petit revolver, pour devenir gérant de librairie. Mais son dessein est tout autre : il n’a qu’une seule idée en tête, venger son petit frère, lynché pour être tombé amoureux d’une petite blanche. Il commence alors à fréquenter une bande de jeunes et à s’envoyer en l’air avec les jeunes filles…

Un vrai coup de poing en pleine face, ce livre, ce récit d’une brutalité extrême. Mais cette violence sexuelle et physique exercée par le narrateur métis est moindre que celle, horrible et implacable, des blancs, ayant les forces de l’ordre et la justice pour eux. Quelques indices semés ici et là désignent un dénouement qui en aucun cas ne peut être un « happy end », tant la haine et l’écœurement sont partagés de part et d’autre. A déconseiller aux « âmes sensibles ».

J’irai cracher sur vos tombes

de Vernon Sullivan alias Boris Vian

219 p.

Publié en 1946

IMG_20200801_221009

 

Nouveaux Contes de Bustos Domecq De Jorge Luis Borges et Adolfo Bioy Casares

19.08
2020

IMG_20200727_132543Six courtes nouvelles composent ce recueil signé de deux grands auteurs argentins. Plusieurs d’entre elles sont des satires sociales où le narrateur – personnage apprend à ses dépens qu’on ne s’immisce pas par la petite porte dans les autres strates. « Par-delà le bien et le mal » notamment met en scène un personnage qui croit s’attirer les faveurs d’une riche famille française et surprend une curieuse manie du père…

Une fois de plus, ce n’était pas le moment opportun pour lire ces nouvelles. Toujours est-il que j’y ai goûté peu de plaisir à leur lecture, même intellectuel, alors que j’adore pourtant la plupart de leurs récits fantastiques. Tant pis !

Hiroshima mon amour de Marguerite Duras

16.08
2020

IMG_20200725_160347Hiroshima, août 1957. Une femme française d’une trentaine d’années y joue le rôle d’une infirmière dans un film international pour la Paix, dont le tournage s’achève pour elle. Mais c’est de sa brève rencontre avec un Japonais dont il s’agit, un homme marié lui aussi, de cette histoire d’amour brève, au cours de laquelle elle lui confie un secret, celui de son premier amour, de cet amour interdit avec l’ennemi à l’âge de vingt ans, après trois années à se regarder, celui de s’être couché sur son corps assassiné sur la place, celui d’avoir été fondée puis chassée de la ville par l’opprobre pour gagner Paris.

Subtilité toujours de Duras, d’évoquer Hiroshima par touches successives d’images chocs pour mieux raconter une histoire d’amour entre deux jeunes gens à l’âge d’aimer, par delà des camps ennemis. Un scénario qui donne envie de voir le film dès que possible.

Dix heures et demi du soir en été de Marguerite Duras

14.08
2020

IMG_20200721_205732Rodrigo Maestra a tué sa jeune épouse âgée de dix-neuf ans et son amant, Toni Perez. Dans le café, Maria boit une manzanilla quand elle apprend cette nouvelle qui s’est répandue dans toute la ville, comme les policiers. Elle rejoint avec sa fille Judith, âgée de quatre ans, son mari et une amie à l’hôtel, et les découvre les mains se tenant l’une l’autre, le long de leurs corps rapprochés. Le soir, elle boit encore, les sachant guetter l’occasion de se rejoindre pour faire l’amour. D’une fenêtre elle aperçoit en même temps que le couple enlacé, annonçant la fin de son amour, Rodrigo Maestra caché sur le toit. Prenant sa voiture, elle l’appelle et, entre deux rondes de policiers, le fait sortir de la ville…

La fin d’une histoire d’amour, d’un couple, le début d’une autre, une relation triangulaire dans la transition de couple, la chaleur écrasante, le soleil, l’alcoolisme, le voyage cette fois en Espagne : Duras, Duras, Duras encore… avec une pointe d’amour passionnel et de meurtre.

 

 

Dix heures et demi du soir en été
Marguerite Duras
1ère édition : Gallimard, 1960
150 p.

Le marin de Gibraltar de Marguerite Duras

10.08
2020

1947. Jacqueline et lui visitent cet été-là Milan, Gênes, Pisé. Alors qu’il veut à tout prix partir à Florence ce jour-là, il se retrouve à côté d’un ouvrier au volant d’une camionnette, qui lui fait ouvrir les yeux sur son métier de bureaucrate et sur sa compagne, lesquels l’ennuient profondément. À Florence il décide de tout quitter et l’annonce à Jacqueline à Rocca, une bourgade en bord de mer, au moment où il aperçoit la riche propriétaire d’un yacht dont tout le monde parle. Il boit plus que de coutume, va au bal avec elle. Il part sur son yacht et, alors qu’elle recherche depuis des années son amant, un bad boy assassin, ils s’aperçoivent qu’ils s’aiment…

On retrouve les thématiques chères à Marguerite Duras : l’amour, l’amour malgré la différence de classe sociale, le voyage, et notamment en Italie, l’ivresse, le désoeuvrement. Si la première partie évoquant la rupture paraît bien longue et s’éterniser dans la torpeur léthargique de l’été, celle de la rencontre avec Anna puis la quête sans plus de vrai but dans la dernière partie semblent finalement filer aussi vite que le cognac et le whisky, qu’ils boivent durant tout le roman. Un roman durassien, tout à fait puissant dans ses non-dits, ses relations amoureuses sans carcan de bienséance, ses invitations au voyage sans but.

Le marin de Gibraltar
De Marguerite Duras
1ère édition Gallimard, 1950

Plus de photos dans mes carnets_de_lectures sur Instagram.com

 

Knock out ! de Reinhard Kleist

09.08
2020

 

IMG_20200723_103747Roué de coups par un groupe homophobe, Emile Griffith est accueilli à son réveil par un étrange boxeur, à qui il raconte son parcours professionnel : commis puis modiste dans une entreprise de chapeaux, puis repéré par son patron boxeur, devenant alors champion sur le ring. Mais un jour, les injures homophobes de son adversaire le poussent à frapper trop fort et il le tue…

Un biopic très réussi sur ce champion du monde de boxe, se battant moins sur le ring que dans une société à la fois raciste et homophobe. Dans une postface, l’ethnologue Tatjana Eggeling précise la biographie d’Emile Griffith avant d’aborder celles d’autres boxeuses lesbiennes et boxeurs gays. À lire.

Knock out ! de Reinhard Kleist
Casterman, 2020 (écritures)

Trad. de l’allemand par Paul De rouet
146 p. : ill. n. b. ; 17*24cm.
EAN 9782203211520 : 18,95€