Lectures inachevées ou contournées

28.06
2010

Rachid BOUDJEDRA, La répudiation, un dimanche d’août 2010

Le sexe féminin, l’acte sexuel, abordés d’une manière assez repoussante. Pas ressenti l’envie d’en poursuivre la lecture.

John Kennedy TOOLE, La conjuration des imbéciles, le vendredi 30 juillet 2010

Beaucoup de dialogues dans ce roman dont le comique réside essentiellement dans l’étrangeté désopilante de son couple de personnages principaux, rappelant cet autre constitué par l’auteur, qui s’est suicidé, avec sa mère, laquelle a permis la publication posthume de ce roman qui reçut le prix Pulitzer.
Une mère donc et son petit, complètement paresseux et asocial. Quitte à faire bondir la plupart des lecteurs, autant avouer tout de suite que je n’ai absolument pas eu envie de terminer ce roman, dont je savourais à l’avance la lecture…

 

Paul VACCA, La petite cloche au son grêle, éd. Philippe Rey, le dimanche 27 juin 2010, car prix Biblioblog 2009

une trentaine de pages ne m’ont pas incité à poursuivre une lecture que je pressentais sans surprise. La relation d’une mère avec son fils, la découverte de ce dernier de la lecture, qui plus est de Proust, par le bais d’un état amoureux… le cœur de cible était tout trouvé, la plupart des lectrices ont dû effectivement s’y retrouver et prendre plaisir à cette lecture.
 

BALZAC, Mémoires de deux jeunes mariées

Un roman épistolaire véhiculant des idéologies oppressives selon Simone de Beauvoir.

MONTHERLANT

 
 
Partagez

Laisser un commentaire